Interpréter est-ce judicieux ? A l'ère de la communication et du téléphone connecté

Mis à jour : 24 mai 2019


sous l'oreiller, qui peut dire qu'il connaît l'art de la conversation cœur à cœur ? Pourquoi nous enfermons-nous dans les non-dits et autres interprétations sur ce que l'autre pense ? Si on réfléchit à la dernière « crasse » qu'une amie nous a fait et qu'on prend sa température émotionnelle, il y a fort à parier que le baromètre monte... Et plus on y pense en boucle, plus cela nous ronge et plus on se fait du tort. Et l'autre, pense-t-il seulement à ce qu'il nous a fait, peut-être qu'il n'a même pas conscience de ce qui se passe en nous ? Quelle solution adopter quand on sait que la pensée est pour beaucoup automatique. Le cerveau cherche constamment du sens. Pourquoi ; alors que comment faire autrement serait plus constructif. Nous projetons sur l'autre notre propre fonctionnement, comme s'il n'existait qu'une seule façon de voir les choses. Alors que les valeurs qui nous tiennent à cœur ne sont pas forcément les mêmes pour l'autre et que nous réagissons parfois à nos blessures d'enfant. Oui, nous reproduisons sans le savoir ce qu'on nous a fait subir et tant que nous n'en prenons pas conscience nous attirerons des situations qui nous ferons revivre ces moments difficiles.
Que faire pour y remédier ? Pratiquer la cohérence cardiaque est déjà une bonne option. Vous trouverez sur Youtube une quantité de proposition à tester.
Et si vous souhaitez en savoir plus, je peux vous guider sur le chemin du mieux-être avec soi et les autres.
A bientôt !